Fondation Eizabeth Bellhouse
Newsletter, Noël 2000

Cher Ami,

Peu ont saisi que la "prédication" du Christ consista à transmettre un résumé magistral d'uneScientia Sacra (une science sacrée — Science Maîtresse) qui avait préoccupé les plus finsesprits au monde pendant des milliers d'années avant qu'Il n'entre en scène. Cependant — etc'est là le cœur de l'affaire — sans récit de Ses innombrables démonstrations, nous n'aurionsjamais été en mesure d'affirmer (comme nous pouvons le faire) que l'idéal peut devenir uneréalité pratique au point qu'une vie parfaite et profondément satisfaisante à tous égards, exemptede toute menace et de toute calamité, soit possible.

Les Evangiles sont composés de récits qui sont le fait — tant dans leur écriture que dans leursurvivance — de gens qui risquèrent leur vie pour assurer que tous les récits de la vie et del'"œuvre" de Jésus Christ ne fussent pas perdus à jamais. En outre : des gens qui reproduisirentSes démonstrations de l'existence d'une Scientia Sacra.

Pourquoi se donnèrent–ils cette peine ? Parce que ces gens d'il y a deux mille ans étaientdéterminés à voir Ses efforts justifiés. Parce qu'ils avaient l'intelligence de voir des vérités quenous ne voyons pas. Grâce à eux, un nombre suffisant d'indices pour interpréter la science queJésus mit en œuvre, sont à la disposition de tous dans le Nouveau Testament. De même qu'ilsne sont pas durs à identifier.

L'on y retrouve trois thèmes principaux. Le premier : le récit de la vie du Christ. Le second :l'histoire de l'Eglise Primitive. Et le troisième : la théorie et l'application de la Scientia Sacra.Dans son dernier livre : "L'Apocalypse" (1), il nous est dit que Dieu (dont Esaïe déclara que SaParole — le Christ — triompherait (55.11)) présage un temps où la condition humaine ainsi queles conditions de vie pour toutes choses seront si exclusivement merveilleuses qu'il n'y aura pasmême une souillure subliminale.

Ses points principaux sont : (1) En Jésus Christ et par Lui, l'existence mortelle fut vécuecomme elle le devrait. (2) Le genre humain donna le ton pour toutes les choses vivantes. (Sil'homme octroie à toutes la vie, le bien–être et l'accomplissement, la Nature fera de même. Maissi l'homme est sans cœur et égocentrique, la Nature fera preuve d'un manque de cœur d'aussivaste envergure que le sien). En d'autres termes : le mental de l'homme crée les conditions(en définitive soit syntones, soit empreintes de mort) dans lesquelles la vie est vécue sur la Terre.

La "syntonie" est abordée en substance dans la Genèse : Eve cessa de faire du bien de lacréation sa priorité, et Caïn tua Abel. (Lorsqu'on lit cela, il nous faut nous rappeler cette véritéreconnue de longue date : "Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut" (2)). La Genèsecontinue : sachant ce que Caïn avait fait, Dieu lui demanda : "Où est ton frère Abel ?" (3).Ajoutant le mensonge et l'insolence au meurtre, Caïn répondit : "Je ne sais pas : suis–je legardien de mon frère ?" (Gn 4.9). La réponse brève est "Oui. En tant que frère aîné, il était deton devoir de veiller sur Abel : de faire en sorte qu'il pût amener à Dieu "les prémices de sesbêtes" et "leur graisse" : le meilleur de tout ce qu'il avait nourri et dont il s'était occupé, et lapreuve que ses troupeaux conservaient la capacité de survivre.

En ce qui concerne les rapports du genre humain avec la création : nous sommes créésspécifiquement pour nous occuper de "toute bête qui remue sur la terre" (Gn 1.28). Loin del'exploiter, nous devons remplir la terre et la dominer. Nous qui sommes créés à l'image (Gn1.27) d'un Dieu Qui est infiniment patient, compatissant, compréhensif et attentif à tous nosbesoins, nous devons être infiniment patients, compatissants, compréhensifs et attentifs auxbesoins de la Nature. Dont le premier est d'être agréable à Dieu — comme le fut Abel. Le genrehumain doit redonner à la Nature un facteur vital qu'elle (comme Abel) a perdu sans que celasoit sa propre faute. Aucune "bête qui remue sur la terre" ne saurait être privée de la Vie et del'occasion de profiter de l'offrande faite à Dieu des résultats de son séjour sur la terre — commeCaïn en priva Abel. Toute la Nature doit atteindre l'harmonie émotionnelle avec Dieu.

Le genre humain est un désastre. Il a rejeté le devoir ET a volé à la Nature de nombreusesoccasions d'atteindre la syntonie avec Dieu. Il n'avoue ni l'un ni l'autre, et il est en traind'étouffer rapidement la Nature à mort.

On lui dit : "Vous pouvez aller mieux sans dépenser de temps ni d'argent en médecins,spécialistes, hypnothérapeutes ou pilules achetées chez le pharmacien — et sans vous exposer àdes effets secondaires hasardeux et inconfortables" (4). La différence entre cette approche etce que le Christ enseigna tient à une insistance spécifique : alors que le Christ exhortait àl'altruisme, la concentration sur les performances corporelles renforce la cause première de laChute désastreuse d'Eve : l'égocentrisme. Mais si un nombre critique de personnes devaientvivre comme le fit Jésus, répercutant notre altruisme, l'écosystème entier s'épanouirait etdeviendrait florissant — le monde vivrait la Vie comme le Christ le fit — comme Dieu le décréta.

La manière de vivre de Jésus devrait être la lumière directrice pour tous ceux qui veulentchanger le réel en idéal. Dans chaque aspect de notre vie, nous aussi devrions vivre selon leslois d'une science théocentrique. Les Paléochrétiens avaient fait une réelle ouverture dansl'instauration de la Scientia Sacra. Ils étaient en train d'incorporer ses statuts à chaque aspectde la vie quotidienne, lorsque les soldats Romains massacrèrent le moindre d'entre eux qu'ilspurent trouver.

Il est probable qu'ils avaient également pour ordre de détruire tous les ouvrages Chrétiens etGnostiques qu'ils pourraient trouver en Egypte. Si quelque inconnu n'avait pas caché avecsuccès une sélection d'entre eux près de Nag Hammadi, l'homme moderne en eût été fortappauvri, car ce qui subsiste d'eux renferme "une compréhension de l'existence Š qui vautd'être prise tout à fait sérieusement par quiconque capable et désireux de se débattre avec dessujets aussi fondamentauxŠ". James M. Robinson (5). Quels sujets fondamentaux ? Des sujetsimportants tels que le manquement spirituel, l'agression, l'accident, le manque, la maladie et la mort.

Le Christ prêcha à propos d'un Dieu d'une patience, une compassion, et une compréhensioninfinies. Un Dieu attentif à tous nos besoins. Chaque fois que nous ne répondons pas auxautres de la même façon, Il (le Dieu de Jésus Christ) brûle d'envie de nous entendre dire"Désolé" ! pour nous étreindre et nous aider à être tout ce que nous devrions être réellement.
César eut pour façon de régner l'emploi de la force. Le Dieu des Chrétiens règne parce quenous savons qu'Il est merveilleux. Il y a une différence comparable entre la façon dont lamédecine orthodoxe traite l'organisme malade et celle dont Vita Fons II le fait. S'il y a unproblème physique, la médecine orthodoxe s'y oppose avec la force physique. Tandis que : enaméliorant le lien de chacun avec son propre Noyau Divin, Vita Fons II accroît la tendance del'Etre Total à devenir merveilleux.

Tout en reconnaissant que les médecins ont réussi à identifier certains remèdes utiles, dans laplus grande majorité des cas si le corps présente un dysfonctionnement, ils l'assaillent avec unproduit chimique (ou une bactérie ou encore un virus) et, en conséquence, cette chose fortcomplexe — le corps — subit inévitablement un traumatisme. Bien souvent un traumatismedont il ne guérit jamais. 1,17 million de gens sont hospitalisés chaque année avec des maladiesqui sont "iatrogènes" (ou d'origine médicale). Si vous ne vous mettiez pas à plat ventre et nepayiez pas vos impôts, César vous réduisait en esclavage, vous humiliait, vous flagellait ouvous exécutait. Si votre corps est traumatisé par le traitement allopathique, il développe untraumatisme iatrogène. Il est très dur, et souvent impossible, d'échapper à l'engrenage d'uneprise croissante de médicaments pour contrer les "effets secondaires" du traitement précédent.Le corps peut être asservi, tout comme traumatisé, par la médication.

S'il était un besoin quelconque, ou si quelque chose n'allait pas, Jésus rétablissait la situation aumoyen d'une énergie qui, dit Dieu, descend du "trône de Dieu" comme une rivière scintillantereliant le centre d'où Dieu règne à ce monde physique et tout ce qu'il contient. En canalisant ceflux sacré, Jésus en nourrit des milliers qui avaient faim ; en guérit des milliers qui étaientmalades ; apaisa une tempête alors qu'un bateau était sur le point de couler ; ET l'acheminaainsi que tout son contenu (y compris Ses disciples épuisés) jusqu'à l'endroit qu'ils tentaientd'atteindre ; Il fournit même cinq cents litres de vin afin qu'un marié ne se trouve pas humiliédevant ses invités. Sans tenir compte de ce dont il était besoin, Il le fournit. Et Il trouva leBesoin partout, en particulier parmi les pauvres qui connaissaient la maladie et la faimphysiques, et les intellectuels qui étaient spirituellement affamés — anorexiques, en ce sens queleurs croyances, leurs hypothèses et leurs attentes engendraient, non pas la syntonie, mais : ladébilité et la mort.

L'armée occupante de César augmenta les impôts pour l'entretien de ses palais, et pourmaintenir son empereur dans le luxe. Jésus ne demanda que les choses nécessaires à la vie : êtrelogé pour la nuit et nourri ; et, s'Il en avait besoin, qu'on lui donne un manteau ou une paire de sandales.

L'allopathie nous conduit à payer des prix tellement élevés pour les médicaments et les servicesqu'elle utilise, que la police, les routes, les services ambulanciers et les sapeurs pompiers, lestransports, l'éducation et la culture, sont sacrifiés pour les financer. Les Paléochrétiens eurentl'intelligence de voir que Jésus pouvait produire absolument tout ce dont il était besoin, à la foisimmédiatement et pour l'évolution et l'accomplissement.

St Pierre ne tolérait aucunement l'avarice. Sans frais pour ceux qui souffraient, lesPaléochrétiens guérirent "la multitude" des malades et des infirmes qui accoururent de toutesles localités voisines de Jérusalem (Ac 5.16). Mais, naturellement, en retour, ils exigèrent qu'onleur donne le souper, un lit et le petit déjeuner, et également que soient remplacés les vêtementsusés jusqu'à la corde comme et lorsque cela était nécessaire. Comme ceux de Jésus, leursbesoins furent satisfaits par ceux qu'ils aidèrent — jusqu'à l'instant critique. La foule réagit àSon arrestation en retournant à ses anciens chefs de file : les Pharisiens, qui Le voulaient mort.Bien que les Pharisiens eussent leurs façons, lorsque les Paléochrétiens retrouvèrent leursouffle (l'Esprit Saint) ils se lièrent, propagèrent et préservèrent Son enseignement pour lapostérité. — Faisant de nous leurs héritiers.

Peut–être, nous qui permettons à la peur de la maladie, la poursuite de l'argent, du savoir et dela surenchère sur les autres, de nous gouverner, et avons relégué Dieu à une place secondairedans nos vies, ne nous intéressons–nous pas aux sujets fondamentaux, ni à la création deconditions utopiques sur terre. Mais nous devrions nous intéresser très fortement à tout ce quipeut fournir une aide fondamentale, car il est à présent certain que la médecine allopathique esttrop insensible (en ce qui concerne les organismes humains et animaux) et que la Nature (engénéral) n'en peut quasiment plus de l'égocentrisme de l'homme Déchu. Quant au changementclimatique et au maintien de l'homéostasie de la planète (des processus physiques qui ensemblemaintiennent l'environnement), le scientifique de renommée mondiale, Peter Russel, estime qu'ilne nous reste plus que des "décennies" pour nous reprendre en mains. Dans une lettre au DailyTelegraph (9/09/00), le Prof. Sir Tom Blundell FRS, Président, Royal Commission onEnvironmental Pollution (6), écrivit : il nous reste moins d'un siècle pour rétablir les choses."Dans un siècle [à dater d'aujourd'hui] il sera trop tard". Comme je le dis : même si nous nenous intéressons pas à la création de conditions utopiques, nous devrions être conscients que,pour nos enfants, les questions sont à présent dans la balance.

L'adoption de la Scientia Sacra nous éviterait de commettre des erreurs lorsque nous nous attaquons à la pollution, la stérilité, la maladie, la dépendance et l'endettement à l'échellenationale ; les terres arables tellement infertiles que rien n'y pousse à moins d'être secoué pardes apports chimiques — dont elles deviennent alors dépendantes ; et le bétail trop affaibli pourrésister à la moindre exposition au stress, aux bactéries ou aux virus ; et le déboisement, ladestruction de la faune et la baisse du niveau hydrostatique. Nous ne voulons pas de nourritureinsipide et contaminée, d'eau et d'air pollués, et d'une stratosphère détériorée — ni de cruautéinfligée au bétail au nom de l'économie, ou aux animaux de laboratoire au nom de la recherche.Mais ce sont ce que nous avons obtenu. L'homme est aussi loin d'être Homo Sapiens(l'homme–sage) qu'il l'est de se rendre compte que la Scientia Sacra est la ScienceMAITRESSE. Se tromper là–dessus et tout se détraque.

Ces Lettres ont pour propos d'AIDER au moyen de l'énergie que Jésus employa et dans ledessein qu'Il avait en tête. Il ne faut pas oublier que, de même que guérir la maladie ne vintqu'en marge de Son thème principal, la même chose est vraie de Vita Fons II. Ce qu'il fait estaméliorer l'interface entre l'esprit et le Noyau Divin présent en toutes choses. MaîtreEckhart déclara : "Dieu se trouve dans la partie la plus profonde de la moindre chose". (Lessources de toutes les cultures enseignent cela). Vita Fons II nous aide à entrer en syntonieavec cette vérité largement connue et fondamentale.

La confirmation que le type d'énergie que le Christ employa se trouve encodé dans des vecteursutiles (une eau, une lotion, une huile, etc., etc.), est apportée par le type et le large éventail derésultats qui ont découlé de ces vecteurs de divinité.

La science médicale est tellement obsédée par ses efforts pour soigner les maladiesindividuelles, qu'elle ne peut pas voir la reproductibilité et, par conséquent, la sciencequi sous–tend et les miracles du Christ et ceux de Vita Fons II. Bien que les troubles pour lesquels de l'Aide est requise ne soient pas médicalement liés, une même énergie, employée d'unemême façon, traite le tout. Les lettres suivantes montrent que, tandis que Vita Fons II nenécessite jamais de diagnostic, les guérisons sont pertinentes à l'égard de ce que le Christchercha à nous enseigner : des conditions fort désirables peuvent complètement évincer cellesdans lesquelles nous vivons actuellement. Rappelant le besoin de rapidité, il est important denoter que nombre de rétablissements surviennent vite.

(1) "J'ai trouvé l'onguent excellent sur le ventre de mes bébés, des jumeaux, chaque fois qu'ilsont eu des coliques et pleuraient beaucoup. Cela a marché instantanément. (2) Je l'aiemployé pour moi, sur le ventre et les chakras, dès que j'ai découvert que j'étais enceinte, tousles soirs et jusqu'à la naissance. [N'employant qu'une application par jour] j'ai eu unegrossesse parfaite et (3) de parfaits garçons et (4) me suis très vite remise [de la fatigue et],(5) n'ai pas eu de vergetures. Pas mal pour 39 ans et ma première grossesse ...".

(6) "... En automne dernier, un bélier destructeur s'en est pris à l'écorce d'un tout jeune arbreet j'ai [utilisé toute] ma crème Vita Fons II dessusŠ Ce printemps, il s'est pleinement rétabli,ce qui n'est ni plus ni moins miraculeux compte tenu que l'écorce était presque inexistante encertains endroits, ayant été arrachée de bas en haut pratiquement tout autour." [Cela seraitsusceptible de tuer n'importe quel jeune arbre].

(7) "J'avais une escarre sur le bras, qui ne cessait pas de suinter et ne voulait pas cicatriser.Ma sœur émit l'idée que l'onguent Vita Fons II pourrait peut–être aider. [Il ne fait aucun doutequ'elle avait fait l'expérience de l'aptitude de celui–ci à substituer l'idéal à l'indésiré]. J'ai appliquél'onguent trois fois par jour et en moins de 24 heures la plaie a commencé à disparaître et,moins de 5 jours après, elle avait complètement disparu et n'a pas ré–apparu".

(8) "Il y a quelques mois, mon petit–fils s'est rué dans la maison en hurlant de douleur. Ils¹était frotté de la terre dans l¹œil qui ruisselait de larmes et sa paupière était rouge et enflée.Le rincer à l'eau du robinet et avec de l'eau d'hamamélis n'eut aucun effet dessus. Alors, j'aiimbibé d'eau Vita Fons II un tampon en coton et lui ai maintenu sur l'œil. Moins d'uneminute après, il a repoussé le tampon en demandant : "Qu'est–ce que tu as fait ? C'estmagique !" Son œil était redevenu normal — aucune douleur, aucune rougeur et aucuneenflure".

(9) "Jeudi soir dernier, une épaisse branche flexible heurta les sécateurs qui lui échappèrentdes mains, volant en l'airŠ ils retombèrent pesamment en lui enfonçant leur pointe acéréedans le cou–de–pied. Le sang coula abondamment de la plaie béante, en forme de bouche.Elle souffrait énormément et ne pouvait plus bouger les orteils. [Cela suggère un possiblesectionnement des tendons]. Une fois que le saignement fut stoppé, j'appliquai l'Onguent VitaFons II sur la plaie, en recouvrant d'un pansement adhésif. Une heure et demie plus tard,lorsque son pied fut examiné au Service des Urgences de l'Hôpital de Cheltenham, la plaieétait déjà [visiblement] en train de se refermer et de cicatriser. L'infirmière remarqua à quelpoint tout était propre et qu'il n'y aurait pas besoin de points de suture. [Un résultat habituelde l'emploi de Vita Fons II]. [Le lendemain] matin, il n'y avait aucun signe de la moindretuméfaction et elle pouvait bouger les orteils. Bien que le pied fut encore endolori, ellepouvait porter une chaussure et alla travailler, ce qui implique d'être debout toute la journée.Elle put passer le samedi à faire des courses en famille. Aujourd'hui [deux jours et demieaprès l'accident], seule une mince ligne rouge est visible et la plus infime trace d'enflure.Deux fois chaque jour, l'Onguent Vita Fons II avait été appliqué." [S'il avait été appliqué plusfréquemment, il aurait eu l'occasion d'opérer un rétablissement plus prompt. Voir (1) et (8)ci–dessus. Et notre Mode d'Emploi].

(10) "Je retire un bénéfice énorme de l'utilisation de l'Eau [Vita Fons II] dans les yeux, toutesles deux heures. Je suis dans ma 91ème année et vis toute seule".

Quelqu'un qui possède une idée précise de la nature de Vita Fons II écrit :

(11) "J'ai combattu les virus dans cet horrible immeuble de bureaux [Maladie du Légionnaire?] — vos produits sont d'un grand secours.

(12) En plus, j'ai depuis des années une infection fongique sous l'ongle des deux gros orteils— l'application de votre onguent l'a éliminéeŠ ils sont [à présent] robustes, poussent droit etont l'air heureux ! Votre livre "The True Reality" ouvre incroyablement les yeux. Tout celaest tellement logique. Merci pour tout ce que vous donnez. — La terre en a besoin et nousaussi. Bien amicalement à tous dans votre travail".

Des coliques du nourrisson ; une grossesse ; une lésion cutanée ; le prompt rétablissement aprèsaccouchement ; le besoin d'un système immunitaire capable ; et une infection fongique — non,ils n'ont rien en commun — sauf : le besoin d'Aide qui est plus puissant que le traumatisme. Etmanifestement, l'énergie numineuse contenue dans les préparations Vita Fons II eut la capacitéde fournir une telle Aide : au fond, une aide pour accéder à l'harmonie avec le désir du Verbeque TOUT soit parfait. La reproductibilité que les témoignages manifestent, est la preuvequ'une Science Maîtresse, une Scientia Sacra, était à l'œuvre dans tout cet éventail detraumatismes.

La lettre qui suit indique un meilleur usage, et l'Aide unique, de plus grande valeur et subtileque les préparations sont conçues pour fournir :

(13) "J'utilise également le talc et l'eau quotidiennement, et [ayant d'eux une considérableexpérience] c'est pour moi une telle chance d'avoir appris l'existence de vos produits".

L'usage de Vita Fons II épargne à la nation des frais d'hospitalisation et de médication quiaugmentent de manière exponentielle pour presque chaque cas traité. Nous (ou toute autrenation qui emploie Vita Fons II aussi pleinement qu'il fut employé par les gens dont j'aireproduit les témoignages) pourrions avoir des impôts bien moins élevés et néanmoins nouspermettre de financer des forces de police plus satisfaisantes, des services ambulanciers et dessapeurs–pompiers dans chaque petite ville ; ainsi que des routes décentes et des transportspublics satisfaisants ; nous pourrions cesser l'élevage industriel, l'exportation de bétail, et fermerles laboratoires de vivisection. Des tests à travers le Royaume–Uni, partout en Europe, auxUSA, au Canada et en Afrique, ont montré que la santé et la vitalité (ainsi que la valeurnutritive) des végétaux ayant reçu de l'énergie numineuse, deviennent de première qualité, et lepoids des récoltes se trouve considérablement accru. Parce que, lorsqu'on lui fournit del'énergie numineuse, le sol devient véritablement fertile, la majorité des produits que nousmangeons pourrait être localement, et dans sa totalité biologiquement, produite. Et nouspourrions avoir une fourniture en eau non polluée. Mais actuellement, le Royaume–Uni n'a pasles moyens d'avoir ces choses, principalement parce qu'il s'est engagé à maintenir un NHS (7)esclave d'une médication qui cherche à supprimer les maladies une par une au lieu d'amenerl'énergie numineuse à porter sur les maladies et les affections — qui toutes trouvent leur originedans la dissociation d'avec Dieu.

Ce pour quoi le Christ employa les miracles, et ce que Vita Fons II espère hâter, estl'instauration du Royaume du Christ sur Terre, dans lequel ne sont NULLES ténèbres,NULLE désolation, NULLE douleur, NUL manque. Tout cela peut être atteint si nousacceptons l'enseignement du Christ qui met en jeu des idées et des concepts indispensables auxgens, qui sont composés d'un corps, d'une âme ainsi que d'un esprit & d'un cerveau, d'émotionset d'un mental, lesquels doivent tous travailler ensemble en harmonie et EGALEMENTsoutenir mutuellement leur affinité réalisée avec le Christ.

Vita Fons II peut aider à construire le Royaume du Christ parce qu'il accroît la consciencequ'ont les gens de la manière dont ils peuvent aimer et servir Dieu plus parfaitement,pleinement et efficacement ; tout comme il les met à même de se comporter à l'égard de toutesles autres choses vivantes de la façon dont Il les ferait se comporter. Nous prions Dieu denous sustenter et de nous soutenir. Toute chose dans la création a besoin d'être soutenuepar nous dans son aspiration compréhensible et entièrement légitime à la Joie et au Bien–être.
Tout récemment, j'ai reçu, de la part de quelqu'un au bagage scientifique, une longue lettredont je cite de courts extraits. Cette dame et son mari employèrent Vita Fons II pour lapremière fois parce qu'ils voulaient de l'aide pour se rapprocher de Dieu. Le première choseque cette fontaine de vie secondaire : Vita Fons II fit pour eux, fut d'être payante pour lesmauvais maux de ventre du mari et de rendre inutile une intervention cardiaque. (Je reçus unecarte postale adorable : "Il grimpe les collines comme un bouquetin"). Impressionnée, elletesta l'effet de Vita Fons II sur le jardin et constata que les oiseaux y affluaient comme jamaisauparavant. Elle fit l'expérience de nombreuses conséquences réconfortantes lorsqu'ellel'employa pour les plantes. Elle trouva sa propre aptitude à guérir accrue et élargie des gens à :la réparation d'ordinateurs défectueux. Les interactions de cette dame avec d'autres chosesfurent rehaussées : elle fit ressortir le potentiel présent dans les appareils photos, les pellicules,et le papier — qui co–opérèrent pour former des images transmettant des vérités spirituellesjusqu'alors insoupçonnées par le mental de l'homme. Ces résultats étonnants survinrent parceque, comme le fait la Fondation du Prince de Galles pour les jeunes gens, cette dame fournit àla Matière une occasion d'exposer son propre potentiel. (Regardez ce que la Matière (sous laforme des préparations Vita Fons II) fait pour aider à rendre à toute bête qui remue sur la terreson état légitime).

Cette dame est une personne responsable, consciente de la portée des écrits mais désireuse deconsigner ses constatations. Et j'aimerais souligner qu'il est impossible qu'elle ait subi en celal'influence de qui que ce soit. Commentant ce qui apparaît comme le premier pas en deux milleans vers l'introduction de la Scientia Sacra, elle écrivit :

"Vita Fons II est un organisme vivant" — toutes les formes, organisations, idées et conceptssont vivants et soumis à la fois à la Scientia Sacra et à la vie dans le monde physique — "bienqu'il ne puisse pas être vu au microscope et que son action soit invisible, ses effets sont préciset visibles. Il inverse le Temps dans [un] renversement de la dégénérescence. [Nombre desmiracles de Jésus furent des "rétablissements"]. Rien d'autreŠ ne peut de près ou de loinl'égaler. L'ampleur et l'Universalité absolues de ses propriétés apportent un bienfait universelà cette terre.

"Je sais très bien que c'est l'instrument du Christ et de l'Esprit Saint, et la raison pourlaquelle je le sais est parce que j'en ai tout simplement fait l'expérience.

"Je suis tout à fait certaine de la réalité de l'événement que vous avez apporté parmi nousŠvotre travail est la Parole Vivante, la Gnose et le Pain du Ciel. Tout ce dont vous parlez estdans la plus pure tradition de la Gnose Universelle, mais je me demande vraiment si lamajorité des gens sont capables de saisir ce qui leur est octroyé ? Espérons que lesconséquences véritablement tragiques de l'incompréhension humaine puissent être évitées etque quelqu'un d'envergure puisse aider Vita Fons II et ainsi sauver l'époque".

Qu'il en soit ainsi. Des milliers comprennent effectivement, mais nous avons besoin d'aide pouréveiller la compréhension de ce nombre critique : sept ou huit millions. Cela renverseraitl'équilibre. Merci de nous aider à les atteindre. L'idéal peut devenir réel. Nous avons un devoirenvers ceux qui risquèrent leur vie pour assurer que le message de Jésus Christ était transmis.Nous ne pouvons pas le laisser disparaître avec nous et l'écosystème qui se meurt rapidement.La reproductibilité des résultats étonnants de Vita Fons II établit l'existence d'une ScienceMaîtresse portant sur tous les règnes de la Nature. Allez à l'encontre de cela et tout sedétraque. Employez–la et la Vie deviendra merveilleuse pour toute bête qui remue sur la terre(Gn 1.28).

Les préparations Vita Fons II n'ont aucune propriété médicinale.
Elles obtiennent leur effet en éveillant la Conscience d'une Perfection intrinsèque,
de Possibilités intrinsèques, dont l'homme est Conscient depuis des millénaires.

© Elizabeth Bellhouse Foundation 2000


Il y a un grand nombre d'exemplaires de cette lettre (en anglais, français, allemand et italien) disponibles pour qui en fait la demande.  Soyez remercié d'avance de les faire circuler.  (Une enveloppe libellée et timbrée nous rendrait service).  Pour plus d'informations et/ou le nom etl'adresse de votre détaillant local, envoyez nous un

e–mail avec votre nom et addresse

ou écrivez à

The Elizabeth Bellhouse Foundation,
Combe Castle, Elworthy,
Taunton, Somerset,
England TA4 3PX.

Téléphone: 0044 (0)1984 656245 (en anglais svp)Fax: 0044 (0)1984 656734

Noel 2000 Pâques 2000 Noel 1999 Vita Fons II La Fondation


(1)  Son titre complet est "L'Apocalypse selon St Jean le Divin".  Il est composé du récit d'une révélation faite à Jésus Christ à titre posthume, par Dieu, et que St Jean le Divin reçut pour mission de mettre par écrit et de publier.

(2)  Extrait du Kybalion, Hermès Trismégiste (N.d.T.).

(3)  Toutes les citations bibliques sont tirées de la TOB (N.d.T.).

(4)  Vernon Coleman MB, ChB, DSc [Bachelor of Medecine and Surgery ƒ licencié en médecine et en chirurgie ; Doctor of Science : docteur ès sciences(N.d.T.)].  Beaucoup (y compris des partisans du yoga) disent virtuellement la même chose.

(5)  Directeur de l'Institut de l'Antiquité et du Christianisme, UNESCO ; Secrétaire du Comité International chargé ; des Manuscrits de Nag Hammadi, et Rédacteur Général de "The Nag Hammadi Library" [la bibliothèque de Nag Hammadi (N.d.T.)] (ISBN 0-06-066934-9), qui est considérée comme unebibliothèque assemblée par une communauté Gnostique.  Une bonne partie des documents qu'elle renferme ont une consonance nettement Chrétienne, mais, encontraste avec l'enseignement de l'Eglise, ils maintiennent que Jésus vint non pour sauver du péché, mais comme guide vers la compréhension spirituelle.  Detoute évidence, les deux affirmations sont vraies.

(6)  (a) Fellow of the Royal Society ƒ membre de l'Académie des Sciences.  (b) Commission extraparlementaire sur la pollution environnementale (N.d.T.).

(7)  National Health Service ƒ Sécurité Sociale N.d.T.).


Il y a un grand nombre d'exemplaires de cette lettre (en anglais, français, allemand et italien) disponibles pour qui en fait la demande.  Soyez remercié d'avance de les faire circuler.  (Une enveloppe libellée et timbrée nous rendrait service).  Pour plus d'informations et/ou le nom etl'adresse de votre détaillant local, envoyez nous un

e–mail avec votre nom et addresse

ou écrivez à

The Elizabeth Bellhouse Foundation,
Combe Castle, Elworthy,
Taunton, Somerset,
England TA4 3PX.

Téléphone: 0044 (0)1984 656245 (en anglais svp)Fax: 0044 (0)1984 656734

Noel 2000 Pâques 2000 Noel 1999 Vita Fons II La Fondation